Si on les classe par machine, les liens significatifs sont les suivants[1] :

Je vous invite à lire les pointeurs qui y sont listés. De nombreux autres ressources existent, en particulier concernant des annonces locales de passage au vote électronique. Pour les cas français, on remarquera deux tendances franches et inquiétantes dans la plupart de ces décisions[2] :

  • opacité du processus d'agrément des machines à voter pour préserver le "secret industriel et commercial" et ne pas "compromettre le bon déroulement des élections"[3] ;
  • absence de débat, voire de dialogue, autour de la question et prise de décision unilatérale d'utilisation de la machine, sans alternative pour le citoyen.

À noter que certaines communes passeront au vote électronique dès les prochaines élections présidentielles, comme Issy les Moulineaux qui lliustre parfaitement les deux points précédents. Voir les billets suivants :

Je dois bosser avec des gens que je n'ai pas le droit de recevoir dans mon bureau parce qu'ils sont anglais ou allemands, et en même temps, on me demande d'accepter de remettre le sort de notre pays entre les mains d'une société américaine. Pas de doute, on vit décidément une drôle d'époque. À se demander si un référendum sur le vote électronique ne serait pas nécessaire... Mais à l'ancienne !

Notes

[1] N'hésitez pas à m'en soumettre de nouveaux !

[2] Si j'écris "la plupart", ce n'est pas parce que j'ai trouvé des contre-exemples, mais juste parce que je ne pense pas avoir tout lu sur la question ;)

[3] Bonjour la confiance...