Vous n'avez jamais remarqué combien il était difficile d'obtenir une place à une de ces conférences ? Alors que les mêmes têtes y parviennent ? Systématiquement ? Non ? Prenez le SSTIC par exemple. L'ouverture des inscriptions a eu lieu le 13 mars dernier. Dès le 20, on nous annonçait que tout était parti, mais que sympathiquement, quelques places allaient être ajoutées :

Nous avons été quelque peu surpris de la rapidité avec
laquelle le premier lot de places a été écoulé, ce qui a
conduit à son épuisement avant que le nombre exact de places
disponibles ne soit établi. Nous avons maintenant remis en
ligne 30 places supplémentaires.

Et comme par hasard, à peine six heures plus tard, un nouveau message tombait :

Les 250 places "avec restauration" sont vendues. Nous allons
mettre en ligne 100 places supplementaires "sans
restauration" (i.e. sans les dejeuners ni le social event)
demain en courant de matinee.

Et si vous vouliez vous inscrire maintenant, cette hypothétique centaine de places au rabais serait probablement épuisée. Forcément. Convaincu ? Ils vont même jusqu'à vous faire croire que certains ont réussi s'inscrire.

Et oui. En fait, nous ne faisons que nous ballader, pointant notre nez à la faveur de vrais séminaires au sujets souvent complètement orthogonaux pour prendre deux ou trois photographies présentées comme preuve de l'existence de l'évènement et de notre présence sur place. Quand il ne s'agit pas de simples montages d'images glânées à droite et à gauche. Vous n'avez jamais remarqué qu'on y voyait toujours les mêmes têtes ? Non ? Croyez-vous vraiment qu'une aussi faible quantité de personnes puisse vraiment se croiser aussi souvent aux quatre coins de la planètes ? Maintenant qu'on compte une bonne trentaine de conférence ? Non, sérieusement... Mais la bibliothèque de trombines étant limitée, il a bien fallu recycler les visages qu'on colle çà et là de temps à autre. Est-ce que ça se voit ? Il paraît que non.

Les sujets abordés ? Ils répondent à la même règle, aussi bien en ce qui concerne les intervenants que les sujets. Regardez le programme de la dernière Black Hat ! Vous trouverez au moins cinq sujets déjà traités ailleurs avant par leurs auteurs respectifs. Et comment faire avaler au public qu'un même sujet puisse être présenté encore et encore à une demie douzaine de conférences différentes ?

Le plus difficile là-dedans étant quand même de rédiger les compte-rendus. Façon bien pratique de remplir un blog, mais qui demande une savante dose d'imagination et surtout de synchronisation avec ses compères. Les lecteurs aguerris auront d'ailleurs remarqué quelques incohérences fugasses dans les diverses narrations d'une même conférence. Étrange ? Ben non en fait. Le top étant le lancement de fausses polémiques, surtout quand on arrive à impliquer des gens bien en vue. Ça fait mouche à chaque fois, preuve que la machine est bien huilée, et qu'elle va encore me permettre d'aller skier au Canada.

Poisson d'avril !

Et pendant que d'autres lisent le web[1] en attendant vainement la confirmation de leur inscription, que les filles courent après les lapins, la caballe[2] voyage. Parfois même à la nage... À ce sujet, je tiens à faire remarquer que la carte un peu plus haut dans la frame de droite n'est pas la carte des endroits où je suis allé, mais la localisation des gens qui atterrissent, volontairement ou non, sur une de mes pages. Rien à voir donc.

Pendant ce temps, à Vera Cruz, le MoPB s'achève avec un score fort honorable de quarante-quatre failles pour trente-et-un jours, tandis que démarre tranquillement le MOMBY. Comme quoi, la sécurité ne s'arrête jamais ;)

Notes

[1] Ont-il loupé cette page ?

[2] Qui n'existe pas d'ailleurs, je me demande pourquoi j'en parle...