Je pense que l'extrait le plus intéressant est ici :

the fact that the FAA issued a special condition about this
does not mean that the Boeing design is vulnerable, just that
it has the potential to be vulnerable unless implemented
properly, and that Boeing will be required to demonstrate
that the system is not vulnerable before the FAA will certify
the plane for use.
"Stated another way, the special conditions help ensure the
design will not be vulnerable," he wrote.

Forcément, écrit comme cela, c'est nettement moins saignant que l'original. Le système de bord pourrait être vulnérable si il n'était pas implémenté correctement... Et si l'auteur, Kim Zetter, affirme en commentaire avoir rédigé son article au conditionnel et mentionné les points importants, il est clair que la formulation ne va du tout dans le même sens.

Sur le sujet des special conditions, la FAA ajoute :

Special conditions are routinely developed and published in
the normal certification program process whenever the FAA
determines the current aviation regulations are inadequate to
address a potential safety concern

Enfin, notez le dernier passage sur ce que la FAA entend par connexion, terme auquel ils donnent un sens nettement plus large que celui que nous, informaticiens, lui donnons. On est donc encore une fois loin du piratage de l'avion tel que nous le décrit AgoraVox[1], article dans lequel on trouve par exemple :

l'institution affirme qu'une faille réseautique autoriserait
le cyberpiratage du Dreamliner à partir du réseau WiFi de la
cabine passagers

L'institution faisant référence à la FAA, bien évidemment. Et de poursuivre par une traduction très personnelle de "may result in", qui se transforme en "est propice à".


Ce dernier billet de Wired nous apprend que l'auteur a publié son article avant de recevoir les éclaircissements de la FAA, mais après qu'on lui ait répondu ne pouvoir fournir les réponses en question que plus tard. En gros cette semaine. Et de m'interroger. Le scoop était-il tellement chaud que sa publication ne pouvait souffrir un délai de quelques jours, histoire que l'auteur ait toutes les cartes en main ?

Soupir...

Notes

[1] Article dont l'auteur est malheureusement passé à côté de ce billet de Wired...