D'un côté, vous avez des gens qui lancent le concours. Leur but ? Démontrer, entre autres, que la détection de code virale par signature ne sont plus d'une grande aide. Great news. Au moins, ils arrivent à attirer l'attention des médias, à générer du buzz, mais globalement, ça ne fait pas avancer le schmiblick. Ah oui mais ils aiment le reverse et font ça pour la beauté du geste. La beauté de quel geste ? Celui de modifier un binaire pour qu'il ne corresponde plus à une signature donnée ? Grand bravo. On sent que les choses vont avancer à grands pas.

De l'autre vous avez les éditeurs d'antivirus qui crient au scandale. On nous parle d'éthique, de concours inutile (cf. supra), de pousse-au-crime, d'irresponsabilité. Je n'ai pas l'habitude d'employer des mots vulgaires, mais grosso modo, ces réactions entraînent chez moi quelques soupirs navrés, pour rester poli...

Et entre les deux, vous avez les gens qui regardent, qui reprennent, réfléchissent, et/ou commentent. Ceux qui prêtent des intentions, ceux qui hurlent, ce qui qui brassent de l'air. Et ceux qui haussent les sourcils, ceux qui s'en foutent, et ceux qui se taisent. Dernière catégorie dont je ne fais plus partie. J'aurais probablement dû en rester là d'ailleurs, mais même compter les points devenait trop ennuyeux...

Bon. Soyons clair. Ce concours, techniquement, ne prouvera rien qu'on ne sait déjà. Il ne montrera rien que les gens, techniques, qui bossent sur les antivirus ne sont d'ors et déjà pas près à reconnaitre très volontiers. Donc, techniquement, zéro intérêt. Alors quoi ? Marketting. Pur marketing. On attaque le marketing par le marketing. On combat l'inutile par l'inutile, le contre-productif par le contre-productif.

Parce que ce qui fait qu'on voudrait faire de ce concours l'évènement qu'il n'est pas, c'est bien le marketing puant des marchands de signatures. Allez voir les sites de McAfee, Symantec, Panda, Kapersky et compagnie. C'est affligeant. On vous vend de la "Mega Détection", de la "Protection Totale", certains s'aventurent même à vous promettre de bloquer tout ce qui traîne, voire tout ce que le futur nous réserve[1]. En 2008. Aujourd'hui. Un discours qui n'a pas vraiment changé depuis vingt ans que ça dure. Face à une situation qui, elle, a changé. Radicalement.

Alors ce Race to Zero ? Du pur marketing, presqu'à la limite du FUD. Et bien il mourra comme tous ses amis les buzzz. Rapidement. Et dans l'indifférence générale. D'ici la fin de l'année, on en parlera déjà plus, certains l'auront même déjà oublié. Race to Zero ? Ça me dit quelque chose... Mais quoi ?... Et les éditeurs d'antivirus, après quelques messages chocs bien sentis, reprendront gaiement leurs habitudes. Comme avant. Ce bon discours lancinant que leur clientèle fidèle a l'air d'apprécier au plus haut point. Au mieux sortiront-ils une nouvelle fonctionnalité qui déchire, ou un moteur heuristique mieux que les précédents. Au pire, rien ne changera. Ou un savant mélange des deux...


Et non, je ne suis pas en colère. Bien au contraire. Puisque dans quelques heures, je vais partir en week-end prolongé de cinq jours...

Notes

[1] Tiens, ça me rappelle vaguement quelque chose...