Lundi 4 août 2008 - Death Valley

Je me suis un peu renseigné avant de partir sur les coins accessibles en voiture sur une journée depuis Las Vegas. J'ai déjà fait Hoover Dam il y a deux ans, Grand Canyon est carrément juste au niveau distance, Yosemite est beaucoup trop loin. Le désert des Mojaves pourrait se faire aussi, mais à une distance similaire, il y a Death Valley.

La journée commence donc par la location d'une voiture. Petit conseil aux voyageurs : quand vous êtes en Amérique du Nord, pas trop loin d'un gros aéroport, nous perdez pas de temps à chercher une agence de location de voiture près de votre hôtel. Prenez le bus ou le taxi et filez à l'aéroport. Vous y trouverez pleins d'agences pour comparer les prix, ne ferez pas la queue pendant des heures parce que ça débite et aurez le choix sur les véhicules disponibles. Même sans réservation. Je me suis fait plaisir, j'ai pris une Mustang décapotable, très agréable le matin et en fin de journée. En plein après-midi, ouvrir le toit n'est juste pas envisageable rapport aux quarante degrés à l'ombre[1] et au soleil très haut perché. Mais pour 65USD par jour, j'aurais eu tort de me priver.

À dix heures et demie, je suis fin près à partir. J'ai récupéré trois litres d'eau et quelques biscuits à grignotter. Le GPS est calé sur la destination et m'annonce un peu plus de deux heures de route, direction Nord-Ouest. Au programme, autoroute rectiligne à travers le désert, le désert, le désert et le désert. À noter que si on prend des photos du désert près de certaines zones, il faut moins de cinq minutes à un gars pour se pointer en 4x4 et vérifier votre identité ainsi que vos photos...

J'entre enfin dans la vallée de la mort. Et là, pas de déception. C'est magnifique. Le sol riche en minéraux divers, qui ont autrefois donné lieu à de l'exploitation minière, alterne des couleurs d'une profondeur impressionnante : jaune, vert, noir, etc. Les photos satellite de Google Maps vous donneront une vague idée de ce que ça peut donner. Je m'arrête déjeuner au Furnace Creek Ranch, un bon gros spot à touristes, puis passe au centre touristique pour récupérer une carte détaillée et planifier la suite du déplacement.

Déplacement qui m'amènera jusqu'aux premières dunes de sable où je ferai demi-tour pour redescendre vers Badwater. Température à l'ombre d'un coin sans ombre : 50°C. Fait remarquable : l'essentiel de la vallée est sous le niveau de la mer. Badwater est un bassin où coule un ruisseau d'eau extrêmement salé. Sel qui sous l'effet de l'évaporation s'aggrège en cristaux magnifiques dans l'eau, et laisse une épaisse croute sur le reste du sol après les inondations apparemment nombreuses et violentes[2].

Je planifie le retour sur Las Vegas par le Sud de la vallée. Petite anecdote amusante, enfin beaucoup moins sur le coup : la recherche d'une station service. Après avoir quitté la vallée, le besoin d'aller faire le plein s'est fait sentir. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que les stations ne se bousculent pas dans ces contrées. Surtout celles qui sont ouvertes en fait, puisque les deux premières que je vais trouver sur mon chemin vont s'avérer fermées. Je demande donc à mon Nüvi de m'en trouver une relativement proche. Rien ne presse, je ne suis pas sur la réserve, néanmoins, le désert, au bout d'une moment, c'est pesant. Il m'en trouve à une trentaine de kilomètres, pas trop éloignée de la route prévue initialement, dans une bourgade répondant au doux nom de Pahrump.

Sauf qu'à un moment, il me fait sortir de la route principale, Old Spanish Trail, pour prendre Mesquite Valley Road, route censée relier Pahrump en ligne droite. Sauf que le léger soucis, c'est que Mesquite Valley Road n'est pas une route. C'est une piste comme je vais m'en apercevoir deux kilomètres plus loin. Piste qui s'avère fort praticable pour la Mustang, rien à voir avec ce que d'autres ont dû subir pas très loin[3], et que je vais suivre sans autre aucune difficulté qu'un léger vent de sable pour finalement atteindre mon but. Aucun regret : la route est manifique, en particulier la traversé du lac de sel au milieu du quel le chemin n'est plus matérialisé que par des poteaux plantés tous les cinquante mètres environs.

Retour sur Vegas vers 20h après une journée assez crevante, plus du fait de la chaleur que d'une rélle activité physique. D'ailleurs, les trois litres de flotte y sont passé. Dîner avec les gens de Thalès qui viennent juste d'arriver.


Mardi 5 août 2008 - Retour sur Lake Mead et Hoover Dam

J'ai convenu ce matin d'aller faire une sortie en quad dans le désert des Mojaves. Le rendez-vous est fixé vers 16h. Ce qui ne laisse pas énormément de temps. Du coup, j'ai décidé de passer du temps à Lake Mead que j'avais à peine vu la dernière fois. Ça m'a pris la matinée globalement. Vous pourrez constater sur les photos la baisse impressionnante du niveau de l'eau. C'est particulièrement visible au niveau du barrage en comparant les photos de cette année et celles d'il y a deux ans.

Je me doute bien que le fait qu'on soit en plein été y est largement pour quelque chose, mais tout de même. Il y a des encroit où c'est vraiment criant. En fait, l'alimentation naturelle en eau du lac n'est plus suffisante pour compenser le pompage. Il serait actuellement à 50% de sa capacité maximate, atteinte pour la dernière fois en 1998, et les chiffres montrent que sa capacité est en chute depuis à un rythme qui laisserait envisager le niveau minimum d'utilisation dès 2010 et un assèchement complet en 2021 du plus grand lac artificiel du monde si rien n'est fait pour enrayer le phénomène, qu'il s'agisse de l'alimenter artificiellement ou de réduire le pompage. Franchement, vu les perspectives de développement de Las Vegas et environs, j'ai comme un doute sur le second facteur...

Donc bref, je suis allé larver un peu au bord du lac, avant de devoir annuler la sortie en quad rapport à des trucs devenus super urgents à finir. Tant pis. J'ai rejoins des français plus tard pour dîner, suis allé faire un tour au Caesar's pour retrouver toute une foule de tête connue attablées au bar et ai finalement terminé à la soirée Qualys. C'est officiel, Black Hat commence le lendemain :)


Vendredi 8 août - Grand Canyon

Comme je pars le samedi matin, je me suis finalement fait une raison : je n'irai pas à Defcon. L'entrée fournie à l'OSSIR par Black Hat ne donne en effet pas accès à cette conférence, et j'avoue que la perspective de claquer 120USD pour une journée seulement ne m'éclate pas. J'ai donc décidé de les mettre dans un tour en helicoptère au-dessus du Grand Canyon que j'ai réservé avec Matthieu, tours qu'on trouve facilement à partir de 350USD tout compris[4].

Nous avons décollé vers 11h, direction Lake Mead. Le vol d'une heure environ nous a fait survoler une partie de Vegas, Henderson, Lake Las Vegas, Lake Mead puis Hoover Dam. Nous avons ensuite survolé le désert pour atteindre d'autres parties du lac, et enfin l'arrivée de la rivère Colorado dans ses eaux.

C'est à que nous entrons dans Grand Canyon que nous remontons une dizaine de minutes pour en ressortir et aller déjeuner dans un ranch, attraction typique de ce genre de sortie. Le survol de la rivière, en dessous du niveau du plateau est vraiment impressionnant. Suspendu comme ça en l'air, on se sent vraiment tout petit.

J'aurais préféré une sortie avec déjeuner au bord de la rivère, mais malheureusement, il n'y avait plus de place sur ce genre de circuit. Tant pis... Nous repartirons deux heures plus tard vers Las Vegas en survolant le désert, une partie de Lake Mead pour finalement finir par un survol du Strip et de ses casinos. De quoi bien remplir la journée. Anecdote amusante : quand j'ai demandé au pilote sur quel appareil nous allions voler, un AS350 Écureuil de chez Eurocopter, et comment il le trouvait, il m'a répondu que c'est un des meilleurs hélicoptères du monde, soit, et qu'il n'y avait vraiment que les américains pour savoir concevoir du matériel aussi performant. Cough, cough. Ah ouais, y'a marqué American Eurocopter dessus. Forcément...


Finalement, ça fait du bien d'aller mettre le nez en dehors de Las Vegas. Si vous passez par là-bas et que vous avez le temps, n'hésitez pas. Death Valley et Grand Canyon sont au delà des mots, et franchement, toutes les photos du monde ne leur rendront pas justice. Et je ne pense pas que Zythom vienne me contredire sur ce point...

Ah oui. J'oubliais. Bien que chauffé par le visionnage de 21 et What happens in Vegas, je n'ai pas joué un cent.


Bon allez, back to work. Encore quelques trucs à boucler avant d'attaquer la valise, direction Buenos Aires. Là-bas aussi, je me suis pris une bonne semaine de congés qui devrait me conduire jusqu'en Patagonie.

Notes

[1] Quand il y a de l'ombre...

[2] Du fait de la très faible déclivité du terrain.

[3] D'ailleurs, pas mal d'endroits intéressants dans death Valley ne sont accessibles que par des pistes dont certaines ne sont pratiquables qu'en 4x4...

[4] Pickup à l'hôtel, tour, déjeuner, boisson, retour à l'hôtel.