Loin de moi l'idée d'insinuer que les Assises se résumeraient à se dorer la pilule à Monaco, mais comme les goodies, il serait vain de vouloir affirmer que l'aspect villégiature soit étranger à l'affaire[1]. Et si les RSSI, cible majeure des Assises, considèrent comme essentiel ce rassemblement annuel, les profils plus techniques se demandent souvent s'ils y trouveront leur bonheur. En ce qui me concerne, l'intérêt principal de cet évènement est clairement le networking, et force est de reconnaître que les organisateurs ont réussi à mettre en place un excellent contexte pour s'y adonner, puisque ça marche extrêmement bien.

Et heureusement d'ailleurs, parce que côté ateliers et tables rondes, je suis carrément resté sur ma faim. D'un autre côté, sachant de quoi il retournait, je n'étais pas venu pour ça... Parce que si on n'est pas fan de vendor talks, les bons moments se font mécaniquement plutôt rares. Du coup, peu d'interventions ont véritablement retenu mon attention. Parmi ces dernières, je citerai celle de Renaud Bidou, Deny All, venu nous exposer les "grands ratés de la sécurité web", écorchant au passage la concurrence avec l'humour incisif qu'on lui connaît, ou encore John Madelin, Verizon, nous exposer une vision fort intéressante des changements qui se profilent d'ici 2020. J'ai également été agréablement surpris par l'intervention de Stonesoft qui n'a absolument pas sombré dans le bullshit marketing en traitant de leurs fameuses AET.

Les Assises, c'est également l'occasion de se faire une idée des orientations à la mode à travers le discours marketing et la forme des offres des vendeurs habituels, mais également la présence des nouveaux venus. Cette année, ça a pas mal discuté mobilité, gestion de périphériques mobiles[2] et cloud. Pas plus surprenant que ça, forcément, mais regarder la forme que ça prend, comment se structure l'offre et gratter un peu le vernis est loin d'être inintéressant.

Ce que la majorité des retours semblent mettre en avant restera l'intervention de clôture, version poil à gratter, de Patrick Pailloux, patron de l'ANSSI, en ce qu'il semble avoir quelque peu chahuté l'auditoire, en renvoyant aux bancs d'école aussi bien les RSSI que les prestataires de service avec un "back to basics", en anglais dans le texte, histoire d'y réapprendre quelques bases. Un entretien conclu en retard m'a empêché d'assister en live à ce remontage de bretelles, mais cela ne m'empêchera pas de développer ce que j'en pense dans un prochain billet.

Tout ceci pour dire qu'en ce qui me concerne, les Assises ont pleinement répondu à mes attentes. C'était très bien pour réseauter, rencontrer des gens, voir se confirmer les grandes orientations du marché, le tout sous le soleil, face à la mer ;)

Notes

[1] Ce qui rend l'évènement totalement éligible au SVC...

[2] Smartphones, tablettes, etc.