C'est la fin de cette vidéo qui me chiffonne. Ainsi que sa description qui l'accompagne dans laquelle on peut en effet lire :

Mais, cachés derrière Dave, officiaient quelques pirates 
informatiques soufflant discrètement à notre médium toutes 
les informations laissées sur des sites internet par 
ses visiteurs...

Hé oui, de méchants "pirates informatiques", cagoulés de surcroît, qui alimente les pouvoirs de Dave. Est-ce à dire que que les informations découvertes dans le cadre de cette campagne n'étaient pas légalement accessibles et qu'il ait fallu compromettre des systèmes informatiques pour les exhumer ? Est-ce à dire que la très respectable, comme on peut l'imaginer, fédération belge du secteur financier a délibérément commandité une série de délits informatiques pour atteindre son objectif ? Quitte à laisser supposer qu'on puisse s'introduire illégalement dans les infrastructures de Facebook[1], de Twitter, voire même de banques ? On imagine bien que non, tant il semble crédible que les informations communiquées aux personnes piégées puissent effectivement se retrouver sur quelque réseau social ou ailleurs[2].

Alors pourquoi en appeler au mythe du pirate ? Car tout accompagné qu'il est de cette idée de maîtrise d'une magie noire limitée à un cercle fermé d'initiés, il ne fait que réduire l'ampleur du problème, et donc la portée du message. Surtout quand on sait que n'importe quel internaute s'étant intéressé un minimum à la question sera rapidement capable d'en faire autant...
Parce que c'est dans l'air du temps ?...

Notes

[1] Qui semble être ici la source de données privilégiée.

[2] Encore qu'un numéro de carte bancaire, faut être un peu con quand même...