Lorsqu'on veut faire un seul saut, histoire de voir à quoi ça ressemble, on a trois possibilités. La première, la plus connue, est le saut en tandem. Attaché à un moniteur, vous sautez de 4000m pour ouvrir vers 1500m après une chute libre d'environ une minute. C'est un saut de touriste si je puis m'exprimer ainsi dans la mesure où vous n'avez absolument rien à faire, et quasiment aucun contrôle sur ce qui se passe. Au mieux le moniteur vous laissera-t-il les commandes du parachute pendant quelques instants pendant la descente sous voile. Vous êtes juste là pour profiter de la chute, sourire au videoman, admirer le paysage, bref vous faire plaisir.

Ensuite, on a l'option du saut découverte. C'est en fait le premier saut de la formation qui amène à la pratique du parachutisme, formation qui peut se faire en ouverture automatique (OA), également appelée formation traditionnelle, ou en PAC[1]. Si le but du jeu est bien évidemment de se faire plaisir, ce type de saut demande d'être acteur de son saut de donc un minimum d'investissement personnel. Dans les deux cas, le saut est précédé d'une formation fournissant les bases théoriques et pratiques nécessaires au bon déroulement du saut.

Pour un saut en ouverture automatique, vous êtes généralement largué seul à 1200m, l'ouverture de votre parachute étant déclenchée quasi-immédiatement par une sangle attachée à l'avion, d'où le terme d'ouverture automatique. C'est la vieille école. Il n'y a pas de chute libre, mais vous devrez piloter votre voile et vous poser sur la zone. Vous êtes aidé pour cela par un moniteur au sol par radio.
Pour un saut de PAC, vous êtes largué à 4000m avec deux moniteurs. Ces derniers chutent à vos côtés pour vous aider à prendre une bonne position de chute et vous faire réaliser quelques exercices simples. Vous ouvrez à 1500m et pilotez votre voile jusqu'au sol, également guidé par radio.

Pour résumer, si vous voulez faire un baptême de parachute, il faut vous demander si vous voulez plus le faire en mode touriste ou être acteur de votre saut. Dans le premier cas, c'est un saut en tandem qu'il vous faut. Dans le second, optez sans hésiter pour un saut découverte. Si ce qui vous branche est la chute libre, prenez un saut de PAC. Personnellement, je ne vois pas trop l'intérêt du saut découverte en OA sinon un tarif moins onéreux...
Un saut en tandem coûte autour de 240EUR. Un suivi vidéo coûte autour de 100EUR de plus. Ça peut sembler beaucoup, mais pas mal de gens regrettent de ne pas l'avoir pris quand ils voient le résultat sur un autre saut. Vous pouvez aussi vous faire filmer par un ami si ce dernier a le niveau pour sauter avec vous, mais le résultat n'est généralement pas d'une qualité comparable avec ce que vous produira un videoman professionnel. Ceci dit, l'un n'empêche pas l'autre...
Un saut découverte en OA coûte environ 180EUR, en PAC c'est dans les 350EUR.

Update : le commentaire de Zythom me fait penser à ajouter une chose. Si vous décidez de faire un saut en tandem, et donc de profiter quelque peu de la vue, je ne saurais trop vous conseiller de regarder du côté des DZ de montagne, de bord de mer ou tout endroit vous offrant un panorama de choix.


S'agissant de commencer la pratique du parachutisme, et comme expliqué brièvement plus haut, il y a deux manière d'apprendre à sauter : la PAC et la formation traditionnelle en ouverture automatique. Le cursus comprend une formation initiale, puis des sauts. En ouverture automatique, vous commencez à sauter vers 1200m puis montez saut après saut jusqu'à 4000m en commandant l'ouverture de votre parachute selon votre progression. Cette formation comprend normalement dix sauts, mais la plupart des élèves ont besoin de plus de sauts pour la valider. L'intérêt principal d'une formation en ouverture automatique est son prix. Ceci étant dit, la comparaison avec la PAC n'est pas aussi simple, j'y reviendrai.
En PAC, vous sautez directement à 4000m en chute libre, avec deux moniteur pour le premier saut, puis un seul. Cette formation se valide normalement en six sauts accompagnés, suivis habituellement de deux sauts solo. La plupart des élèves parviennent à ce stade sans soucis.
Dans tous les cas, vos sauts de formation sont suivis et systématiquement débriefés. En OA, votre sortie sera filmée depuis l'avion et votre saut suivi du sol. En PAC, votre moniteur vous filme en chute et vous fera probablement un montage rapide de vos sauts en fin de formation.

Les sauts en tandem ne participent en rien à votre progression. Ce n'est pas un pré-requis, et si vous en avez fait un voire plusieurs, ils ne comptent pas. Les sauts découvertes, par contre, compteront comme des sauts de formation si vous décidez de poursuivre la progression, à condition d'avoir été effectués dans le même centre école et à une date relativement proche du reste de la formation qui devra être du même type.

Parce qu'elle nécessite un accompagnement en chute, la PAC coûte plus cher qu'une formation en OA, mais elle vous place immédiatement en chute libre. De fait, l'obtention du brevet A est beaucoup plus rapide : vos sauts de PAC comptent et le programme de travail de la formation correspond à ce qui est attendu de vous pour valider ce niveau. Ce qui fait qu'il est automatiquement obtenu au quinzième saut. Alors qu'en OA, les sauts en dessous de 4000m ne comptent pas et on vous demandera probablement d'effectuer un ou deux sauts filmés par un moniteur. Autant de sauts qui demanderont du temps et un budget supplémentaire. La comparaison reste certes en faveur de l'ouverture automatique, mais la différence n'est pas aussi franche qu'il n'y paraît.
En outre, mais ça reste un avis personnel, je trouve la formation traditionnelle plus difficile que la PAC. Un saut à 1000m me semble, paradoxalement, beaucoup plus impressionnant qu'à 4000m et la position en sortie n'est pas forcément simple à acquérir. Bref, vous l'avez compris, j'ai plutôt tendance à conseiller la PAC, mais ça reste un avis personnel :)

Vous pouvez effectuer une formation traditionnelle ou PAC dans n'importe quel centre école de France. Le site de la Fédération Française de Parachutisme les répertorie. Prévoyez une bonne semaine, voire plus selon votre progression et/ou la météo. Le forfait dix sauts d'OA coûte dans les 500EUR, un forfait PAC de huit sauts autour de 1100EUR.

J'oubliais les histoires de pliage... Oui, on vous apprendra à plier votre parachute et on attendra de vous que vous sautiez rapidement avec un parachute plié par vos soins. Rassurez-vous, bien que fastidieux, ce n'est pas compliqué, et vos pliages seront soumis à des vérifications de sécurité tant que n'aurez pas démontré votre capacité à le faire seul. Dans certaines écoles, vous plierez vous-même votre parachute dès le début. Dans d'autres, votre parachute sera plié pendant la formation. Quoi qu'il en soit, à partir du moment où vous aurez fini votre formation, vous aurez à plier vous-même votre parachute. Si vous êtes feignant, des plieurs sont présents pour le faire à votre place pour le quart du prix d'un saut environ. Perso, j'ai tendance à penser que le pliage fait partie du saut et que sur un plan purement financier, je trouve dommage de perdre un saut sur cinq...

Et la suite ? Si vous accrochez, vous allez vous diriger vers votre brevet A, puis vers le brevet B qui vous ouvrira les portes des différentes disciplines avec des formations et des brevets spécialisés. Vous allez passer du temps sur les DZ, vous équiper progressivement, commencer à monter des vidéos, progresser, sauter de plus en plus, passer des niveaux, etc... Tout un programme :)


Si vous avez le vertige[2], peur de l'avion, ou êtes tout simplement réticent à l'idée de vous jeter d'un avion en parfait état de fonctionnement à quelques milliers de mètres de haut, tout n'est pas perdu. Il vous reste l'alternative de la soufflerie, aussi désignée sous le terme pompeux de simulateur de chute libre. Il s'agit d'un tube dans lequel on souffle de l'air à haute vitesse, permettant littéralement de voler dans des conditions très proches de la chute libre. C'est une pratique en plein essor, qui attire de plus en plus d'adeptes de la chute désireux de progresser et profiter de conditions pédagogiques uniques. Des disciplines spécifiques voient également le jour, avec leur propres compétitions, avec des pratiquants qui, parfois, ne sautent pas du tout.

En France, il y a actuellement deux souffleries en activité : Aerokart à Argenteuil en région parisienne et FlyZone à Lézignan-Corbières dans le Sud. YooFLY devrait ouvrir ses portes l'an prochain à Lille, ainsi que SlidePark à Bordeaux. Un projet devrait voir le jour en 2015 du côté de Bussy Saint-Georges, en région parisienne également.



NB : les prix indiqués varient selon les centres, renseignez-vous avant...

Notes

[1] Progression Accompagnée en Chute

[2] Je connais pleins de gens qui pratiquent le parachutisme malgré un vertige maladif ; la sensation de hauteur est, m'ont-ils dit, complètement différente.