D'abord, comme on pouvait s'y attendre, il n'y a pas de différence énorme entre les différents moteurs[1]. Le meilleur pointe à 3,9% de sites pas clairs et le dernier à 6,1%. Autant dire que tout le monde se retrouve dans un mouchoir de poche et que le choix du moteur ne va pas réduire votre exposition de manière significative. Les outils se comportent évidemment de manière différente selon les mots clés recherchés, mais globalement, le classement ne semble pas varier et les écarts constatés sont faibles. Plus intéressant, le taux de sites dangereux reste uniforme selon la page de résultats considérés. La première page n'est donc pas plus dangereuse que la seconde ou la troisème, malgré tous les efforts qu'on imagine avoir été déployés pour placer son diffuseur de malware dans le top 10 de chaque moteur disponible sur la toile.

Comme on s'y attend, l'étude confirme que certaines recherches sont plus dangereuses que les autres, avec en tête de toute, "free screensavers". Pas vraiment surprenant. Ainsi, si vous cherchez des mp3, des logiciels ou encore des photos de célébritées, vous prenez plus de risque que si vous voulez la météo. De manière générale, ce qu'on vous proposera autour des vidéos, des morceaux de musique, des photos de star, du porno, des sharewares et des cracks/serials atteindra allègrement des taux dépassant les 20% de sites malintentionnés. Mieux, vous prenez trois fois plus de risque en choisissant des liens sponsorisés que des liens normaux, alors qu'on aurait pu attendre un peu de vigilance de la part des moteurs quant aux annonceurs placés dans les emplacements payant. Cette tendance est très nette chez les cinq moteurs, ce qui montre bien (mais qui en doutait encore ?) le business engendré par l'installation de malwares/adwares sur les postes des internautes.

Il est évidemment entendu que SiteAdvisor ne va pas publier une étude qui n'irait pas dans le sens de son business et a donc forcément tendance à forcer le trait dans son interprétation des résulats. Il faut donc prendre ce discours avec le recul habituel. Ceci étant, les plus courageux pourront lire d'une part la description de la méthode employée et aller d'autre part jeter un coup d'œil aux données fournies en annexe.

Il faut noter que McAfee a racheté SiteAdvisor début avril, pour une somme qui avoisinerait les 75 millions de dollars. Comme quoi, l'outil suscite de l'intérêt chez certains...

Notes

[1] Google, Yahoo, MSN, AOL et Ask.com