Logo

Ma petite parcelle d'Internet...

Un autre regard sur la sécurité informatique, entre autres futilités.

mardi 27 mars 2012

Et voilà la taxe Tagada...

Logo SSTIC

O

n apprenait ce week-end que l'essentiel de la production cinématographique française s'était fendue d'une "lettre aux décideurs publics" dont le contenu pourrait prêter à rire. Brandissant le spectre de la "disparition du système de soutien à la création", ces gens réclament l'adoption de "quatre réformes fondamentales" en la matière...

Au programme, la mise en place d'une rémunération minimum des ayants-droit, l’assujettissement des services de VoD au préfinancement des œuvres cinématographiques, l'interdiction d'achat groupé de droits pour les groupes possédant plusieurs chaînes et, enfin, l'extension de l'assiette de redistribution des salles de cinéma à l'intégralité de leur recette. Assiette qui devrait alors prendre en compte les gains liés à la vente de boissons, de glaces et autres confiseries...

Lire la suite...

Note : 4.0/5 pour 4 votes

jeudi 26 janvier 2012

De la fermeture de Megaupload...

Megaupload fermé

L

a fermeture par le FBI de Megaupload la semaine dernière a eu l'effet d'une bombe. Pas un média, tout support confondu, n'a pu se retenir d'en parler. Même nos politiques, tout bord confondu, Président de la République en tête, se sont sentis obligés de commenter l'évènement, c'est dire.

Dans pas mal de cas, on nous essaye de nous expliquer que la mise à bas du site de téléchargement direct le plus populaire du monde marque la victoire de la lutte contre le piratage. Pourtant, et bien au-delà des représailles attribuées aux Anonymous, je pense que c'est loin d'être le cas. En fait, j'aurais même tendance à penser que c'était une erreur...

Lire la suite...

Note : 5.0/5 pour 3 votes

lundi 19 décembre 2011

Castle built on sand...

Bac à sable...

H

ADOPI, c'est un truc censé empêcher le piratage, éduquer les internautes et sauver l'industrie de la culture en France. Sauf que dans la vraie vie, c'est quelque chose qui coûte toujours plus d'argent, qui ne fonctionne pas et n'a donc pas les effets escomptés. De plus, ça a des effets de bord fâcheux comme l'exposition d'internautes français à des failles béantes ou la fuite de données personnelles.

Mais ce n'est pas grave, parce que ça permet, et c'est bien le principal, de traduire en justice les méchants contrevenants sur la base de preuves solides, collectées par des gens super sérieux et compétents. Mais pas tout le temps... Car si c'est d'une efficacité sans pareille pour couper l'accès internet de Jean-Kevin, ça ne l'est plus dès lors qu'il s'agit d'institutions gouvernementales pour lesquelles les adresses IP ne seraient pas fiables, car pouvant être piratées. Bref que l'édifice ne tiendrait que sur du vent.
Pas d'autre question, votre honneur...

Note : 3.3/5 pour 3 votes

mardi 16 août 2011

De la bonne utilisation de l'argent public...

Caisse enregistreuse

J

'apprends via PC INpact et Clubic que l'HADOPI a déposé au Bulletin Officiel un appel d'offre public dont l'objet est la réalisation d'une étude portant sur, je cite, un "marché d'enquête portant sur les freins et les leviers à la consommation licite de biens culturels numériques".

On imagine déjà l'artillerie qui sera déballée pour que la question qui semble tarauder notre chère autorité soit posée à un panel représentatif d'internautes : "pourquoi diable est-ce que vous n'achetez pas chez les majors, bande de radins" ?! Et pour qu'heureusement, croyons-y, une réponse synthétique puisse y être apportée. Pour la modique somme de quatre-vingts mille euros, ce serait la moindre des choses...

Lire la suite...

Note : 4.2/5 pour 5 votes

lundi 24 janvier 2011

HADOPI: c'est pas faute d'avoir prévenu...

Happy Hadopi

C

e matin, Le Figaro et Les Échos reprennent en chœur une des conclusions d'un sondage commandé par la Haute Autorité sur le piratage en France : près de la moitié des sondés piratent. Un titre sur-mesure pour, soi-disant, illustrer l'ampleur du phénomène...

Et si, comme d'habitude, la méthodologie de ce sondage fait forcément débat, je ne serais pas très fier des résultats si j'en était le commanditaire. En effet, quand près d'un tiers des fraudeurs déclarent s'être mis au téléchargement illégal depuis moins de six mois, ça en dit long sur l'effet dissuasif des mesures en vigueur...

Lire la suite...

Note : 4.3/5 pour 6 votes

lundi 9 août 2010

HADOPI, ou l'échec du paysage culturel numérique français...

Robert Capa - The Falling Soldier \(crop\)

L

a France semble vouloir bouder l'ère numérique. Quand elle ne s'est pas mise en tête de déclarer la guerre à ce truc étrange que d'aucuns appellent l'Internet. Comme avec HADOPI typiquement. Et ce n'est que maintenant que Jiwa ferme ses portes que certains commencent à percuter que le cap n'est peut-être pas le bon. En attendant, les premiers dégâts sont faits et le train est lancé.

Malgré la mise en place d'un secrétariat d'état chargé de creuser la question, même les plus optimistes retiendront que rien n'a été fait en France pour favoriser le développement d'une économie numérique. Les autres avanceront que la politique mise en place ces dernières années n'a fait qu'enfoncer l'un après l'autre les clous du cercueil, en matière culturelle en particulier.

Lire la suite...

Note : 5.0/5 pour 2 votes

lundi 15 juin 2009

Le lundi, c'est HADOPI

Christine is watching you

Ç

a y est. La version amputée d'HADOPI est entrée en vigueur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette loi en aura remué des octets. Mais très peu ici, bien que je trouve cette loi d'une débilité sans fond et que je ne travaille pas pour TF1.

C'est que ce débat sur HADOPI s'est à mon sens enfermé dès le début dans une voie qui ne pouvait que l'amener dans le mur. Car il ne faudrait pas que la décision du Conseil Constitutionnel nous fasse perdre de vue que nous avons perdu une bataille médiatique en ne parvenant pas à convaincre nos semblables du bien fondé de notre opposition...

Lire la suite...

Note : 5.0/5 pour 3 votes

mercredi 11 mars 2009

HADOPI mise à mal... Ou pas...

Flic

U

ne décision de justice rendue le mois dernier par le tribunal de Guingamp nous est présentée comme un coup dur au projet de loi HADOPI actuellement discuté à l'Assemblée Nationale. Le jugement relaxe au bénéfice du doute un homme de cinquante-trois ans considérant que son adresse IP ne pouvait suffire à l'incriminer.

Pour défendre son client accusé, sur la base de son adresse IP, d'avoir compromis un blog, l'avocat aurait en effet exhibé de nombreux documents disponibles en ligne explicant comment pirater un accès Internet, convaincant ainsi le tribunal qu'il y avait un réel doute quant à l'identité réelle du pirate. Ne disposant ni du jugement en question, ni de la capacité à vous en faire une lecture aussi pertinente qu'un Me Eolas, j'aurais bien du mal à commenter cette décision. Cependant, il me semble bien cavalier d'y voir un pavé dans la marre du projet HADOPI...

Lire la suite...

Note : 4.7/5 pour 3 votes