Logo

Ma petite parcelle d'Internet...

Un autre regard sur la sécurité informatique, entre autres futilités.

lundi 19 mai 2008

Du hasard et de ses conséquences

Dés

R

etour rapide sur cette histoire d'OpenSSL sous Debian. Et sur les conséquences pratiques de cette histoire surtout. Parce que s'escrimer en commentaires pour savoir à qui revient la faute et comment on a pu en arriver là, se dire que ça ne serait pas arrivé sous Gentoo, qu'il vaut mieux rester sous OpenBSD, que si tu compilais à la main, tu ne serais pas dans la merde, et toutes les joyeusetés dans le genre, à part empiler les conneries et faire sourire le trolleur, ça ne fait pas réellement avancer la situation dans la pratique.

Donc, comme on a pu le voir précédemment, grâce aux excellents commentaires de jmdesp et Philippe Teuwen et d'autres billets sur la toile, le problème réside dans une fonction servant à ajouter de l'aléa au pool d'entropie d'OpenSSL. Ce qui se traduit en pratique par le fait que l'entropie du générateur aléatoire d'OpenSSL se résume à un PID du fait du patch malheureux, lequel peut prendre 32768 valeurs. Grosso modo. Du coup, il devient extrêmement prédictible, et avec lui tout ce qui l'utilise.

Et maintenant, quelles sont les conséquences de tout ça dans la vraie vie ?

Lire la suite...

Note : 5.0/5 pour 7 votes

mercredi 14 mai 2008

Et les vaches seront bien gardées...

Vache

Ç

a faisait un moment que ça leur pendait au nez aux mainteneurs Debian. Un moment que quelques développeurs se plaignaient régulièrement de modifications sauvages de leur code par les mainteneurs des paquetages de leurs logiciels. Et j'ai bien écrit sauvages. C'est à dire des patches qui vont modifier le code même du logiciel, pas juste les scripts d'installation, et de démarrage ou les fichiers de configuration par défaut. Le code. Et ce, sans remonter les-dits patches aux développeurs. Allant même parfois jusqu'à les rendre inutilisables...

Cette fois, c'est un poil plus grave. Une modification introduite par un mainteneur Debian entraîne une faille de sécurité dans OpenSSL. Bug bien grave qui traîne depuis deux ans et qui va obliger tout le monde à renouveler ses clés générées sur cette période... Bref, de quoi bien énerver les développeurs, les faire écrire pleins de choses méchantes et surtout susciter la polémique...

Lire la suite...

Note : 4.5/5 pour 4 votes

dimanche 11 mai 2008

Pan dans ta face !

Téléphone maison !

O

n me demande souvent ce que nous, les paranoïaques professionnels en sécurité informatique, avons contre les fonctionnalités que nous qualifions couramment de "phone home". Ces petits programmes qui se rappellent régulièrement à l'attention de leur éditeur, en fournissant au passage quelques informations bien senties, mais pas du tout personnelles promis, juré, craché, si je ments, je vais en enfer. Ou presque.

Plutôt que de me lancer dans un long discours, je vais juste vous relayer cette anecdote fort amusante que nous propose le New York Times. Ou comment une fonctionnalité de prise de contrôle à distance couplée à un "phone home" a permis à une employée d'un Apple Store de récupérer, entre autres, son Macbook.

Lire la suite...

Note : 4.0/5 pour 5 votes

lundi 5 mai 2008

Voyage dans l'antre de la bête...

Kraken

S

a découverte, quoique contestée, serait à mettre au profit d'une société appelée Damballa, laquelle propose des solutions de protection contre les attaques ciblées, parmi lesquelles l'utilisation des botnets. C'est donc à eux qu'on devrait d'avoir, début avril, porté au grand jour Kraken. Derrière ce terrible nom se cacherait un botnet estimé aujourd'hui à quelques 600000 machines, soit trois fois plus que Storm.

Autant dire que la bête ne peut que susciter l'intérêt et que la consultation de leur whitepaper décrivant son fonctionnement atteint des records. Mais quelle déception ! Sur treize pages de document, seules deux se révèlent utiles. Ou presque. En fait, si on veut en savoir plus sur Kraken, il vaut carrément mieux lire les deux billets que viennent de poster Cody Pierce et Pedram Amini de TippingPoint DVLabs.

Lire la suite...

Note : 4.4/5 pour 7 votes